Le 10 novembre 1917 – Au repos

VillevenardNous arrivons à Villevenard, patelin qui se trouve à proximité des marais de St Gond, réputés par les combats de 1914. J’ai trouvé une chambre avec plusieurs camarades. Nous sommes très bien. Nous restons au repos ici 26 jours.

Le 9 novembre 1917

Carte_Aisne2Le 9 au soir nous couchons à Orbay*

*Il s’agit d’Orbais-l’Abbaye

Le 8 novembre 1917

Carte_Aisne1Nous ne restons toutefois que 4 jours à Marigny. Le 8 nous repartons vers le sud et cantonnons à Romeny.

Le dimanche, 4 novembre 1917

MarignyDès 6 heures du matin nous nous mettons en route, reprenons la route de Villers, descendons ensuite vers le sud et gagnons ainsi la Ferté-Milon. Mais notre point de destination se trouve à 18 km au sud. C’est à 3 heures de l’après-midi que nous arrivons à Marigny-en-Orxois. Nous comptons y rester quelques temps au repos d’autant plus que les hommes et les chevaux sont bien logés. Pour ma part, j’ai trouvé une chambre.

Samedi, 3 novembre 1917

CoyolesNous faisons une étape d’une quinzaine de kilomètres. Nous traversons pendant plus de cinq kilomètres la forêt de Retz. Malgré le temps maussade cette superbe forêt nous présente des tableaux merveilleux avec les différentes teintes des feuilles prêtes à tomber. Nous traversons Villers-Cotterets et allons cantonner à Coyolles, un petit village peu intéressant. Tout le groupe est cantonné dans la même ferme aussi la saleté qui y règne nous contraint de coucher dans une écurie, endroit que nous jugeons le plus propice pour nous reposer un peu.

Vendredi, 2 novembre 1917

Canon155C3Nous quittons Pasly pour cantonner le soir à Mortefontaine. Etape d’une vingtaine de kilomètres.

Jeudi, 1er novembre 1917

RavitaillementObus1Pendant tout le mois d’octobre, je suis resté à l’échelon. Le travail ne manque pas en raison du manque de conducteurs et du ravitaillement des pièces rendu très ardu par le mauvais état des routes. Notre groupe a pris une part très active au bombardement qui a précédé la fameuse attaque du chemin des Dames, le 23 octobre.

Dimanche 30 septembre 1917

155c5Au soir je retrouve l’échelon de ma batterie à Pasly, près de Soisson. Je reste pour le moment quelques jours à l’échelon. Les pièces sont en position.

Lundi 17 et mardi 18 septembre 1917 – Permission

Lyon1917Journées calmes. Le 18 à midi je pars en perme de 7 jours. Cette permission se passe très bien seulement trop vite surtout que j’ai le plaisir de voir Charles à Lyon pendant 2 jours. Il retourne au front

Dimanche, le 16 septembre 1917

PrisoniersANous apprenons que nous devons rester une huitaine de jours au repos. Je prends la garde à 10h ; garde qui est assez agitée d’abord en raison des pochards nombreux ensuite pour une petite histoire qui m’arrive pendant ma patrouille. Je ramène au poste deux sous-off boches qui s’étaient évadés d’un camp près de Mailly et qui avaient l’intention de traverser les lignes.

12345...47

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...