Mardi, le 18 Août 1914

Lokal

Numéro du « Lokal-Anzeiger »

Je me lève vers 8 heures après une nuit très calme. A neuf heures je vais avec Charles et Edouard Schmerber rue Magenta. Papa n’a pas pu venir aujourd’hui. Nous faisons les pansements et assistons au massage de plusieurs de nos blessés par M. Schnell. Nous causons avec nos blessés jusqu’à 10 heures. Je rentre ensuite et peu de temps après Georges vient me chercher. Il m’annonce qu’il y aura probablement une bataille entre Illzach et Ensisheim 10 000 allemands doivent être cernés aujourd’hui encore. D’autre part on dit que les Français auraient pris Neubrisach. Georges et moi allons à pied à Burzwiller pour voir encore une fois cet acte de vandalisme des teutons. Les routes sont très sales par ces dernières pluies. Nous sommes très émotionnés en écoutant les récits des habitants de Burzwiller. Ils sont tous innocents. Ils racontent que ces allemands sont pires que des Vandales et des Huns. Ils incendient même les maisons de ceux qui ont été appelés sous les drapeaux Le tout s’est parait-il ainsi : Un hussard a culbuté à Burzwiller avec son cheval dans la nuit de vendredi au samedi. Pour tuer son cheval qui était grièvement blessé, il lui tire un coup de revolver dans la tête. Au même moment un groupe de soldats allemands croyant que c’était un ennemi qui tirait sur eux, tuent le hussard par une salve. D’autres soldats allemands croyant que c’était des civils qui avaient tué le hussard se mettent maintenant à tirer sur le premier groupe des soldats. Et voilà les raisons pour lesquelles ils ont incendié tout un village ! On ne se dirait pas au XXème siècle.

Aussi la haine des habitants de Burzwillers contre les allemands est indescriptible. Ils se révoltent d’une telle injustice ! Les voilà privés de tous leurs biens. Le maire de Mulhouse fait appel aux gens de Mulhouse et à leur bienveillance pour bien recevoir ces malheureux.

Nous rentrons à midi. On est déjà à table quand je viens.

Le « Lokal-Anzeiger » dit « l’Express » parle de 55000 hommes du côté Français lors de la grande victoire de Mulhouse. Elle dit outre que cette grande « victoire » de Mulhouse peut être mise au rang de celles de Froeshwiller et Hoerth. Toutes ces exagérations au sujet de la « victoire de Mulhouse » ne sont pas de bon augure pour les allemands car aucune victoire n’a été signifiée dans les journaux ! Le sort de l’Europe se décidera, croyons nous, pourtant un de ces jours par une grande bataille où sera-t-elle ? Près de Mayence croyons-nous ? L’après-midi j’écris mes aventures du matin. A 3 heures je vais chez Georges et ne le trouve pas chez lui. Au retour je rencontre Marius Weber et l’accompagne chez lui. Il me passe mes cahiers de chimie  que je lui avais prêtés. Nous allons ensuite en ville. Il me raconte que 4000 allemands ont été faits prisonniers à Pfetterhouse et qu’un régiment d’artillerie a été anéanti. A 4h1/2 un orage éclate. Marius vient se réfugier chez nous. Je lui prête quelques livres. Je ressors après l’orage avec Marius et Georges Tournier qui est venu chercher entre temps. Nous apprenons en ville qu’une patrouille française est passée par la rue d’Altkirch venant du faubourg de Bâle à 4 heures. Des soldats allemands passent encore en ville mais isolés. Les officiers dont on parlait hier étaient l’un un médecin-major français et l’autre un allemand. Nous nous quittons à 7 heures. En ville, à la maison, je trouve Mr Brazis racontant ses aventures du matin à Papa et Maman. Il a vu l’Etat-Major français près de Cernay. Tout le Nonnenbruck est plein de français. Il va y avoir une bataille sous peu. Après le souper j’écris mon journal et nous causons politique. Une proclamation du Tzar annonce la reconstitution du royaume de Pologne !

0 commentaire à “Mardi, le 18 Août 1914”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...