Du 15 au 31 octobre 1914

exercice

Exercice de manœuvre d’artillerie

Jeudi, le 15 octobre 1914

Il a plu toute la nuit et il pleut encore. Notre maréchal des logis nous annonce que nous allons partir dans 12 jours pour Chambaran. Puisse cette nouvelle être une réalité !!! A 6 heures nous voyons passer tout le 5ème régiment d’artillerie lourde de campagne avec leurs 105 longs. C’est très impressionnant. La journée se passe comme d’habitude. Le soir nous faisons de la batterie attelée. Je me couche à 8h étant de piquet d’incendie.

 

Vendredi, le 16 octobre 1914

Pas de journaux ce matin. Il pleut toujours. Notre brigadier nous fait une instruction intérieure sur le canon. L’après-midi cheval. Le capitaine nous fait faire des sauts. Le soir je me promène un peu en ville.

 

Samedi, le 17 octobre 1914

Il y a revue du colonel au manège le matin. Il pleut encore ce matin. L’après-midi il y a instruction intérieure et ensuite cheval au manège. J’ai une carne qui me fait ramasser une bûche. Je m’en tire bien et m’habille de suite pour sortir à 5 heures. Charles et moi sommes invités chez oncle Georges. Nous passons une bonne soirée.

 

Dimanche, le 18 octobre 1914

Le matin nous montons à cheval. J’ai depuis trois jours le malheur de tomber sur de mauvaises bourriques. Aujourd’hui j’ai une carne qui ne veut pas avancer malgré l’invitation de mes éperons. Je suis par conséquent privé d’une belle promenade. Le temps est toujours et encore à la pluie. Nous sommes de piquet aujourd’hui. Edouard a pu obtenir une permission de 24 heures pour aller voir son oncle à Dijon. L’après-midi se passe à flâner.

 

Lundi, 19 octobre 1914

Le matin instruction intérieure, manœuvre du sabre et d’artillerie. A midi nous faisons une merveilleuse balade à cheval. Nous sommes 9 avec le maréchal des logis et l’adjudant. Les autres se font vacciner contre la fièvre typhoïde. Nous autres prendrons des pilules. En attendant nous alternons le trot et le galop dans les vastes taillis derrière l’exposition. C’est très amusant. Nous nous promenons aussi pendant deux heures. J’ai un très bon cheval. Le soir nous sommes invités à Tomassin avec Paul Geiger. Je fume une cigarette. Je me permets ce luxe après avoir cessé de fumer pendant une dizaine de mois. Cousine Marie nous fait cadeau de passe-montagnes.

 

Mardi, le 20 octobre 1914

Les journaux signalent toujours de légers progrès sur le front. La tournée se passe comme d’habitude. L’après-midi nous faisons de nouveau une promenade à cheval. Nous faisons beaucoup de galop. C’est très chouette. Le soir nous sommes invités chez tante Jeanne.

 

Mercredi, le 21 octobre 1914

Le matin se passe bien. A midi nous faisons une promenade à cheval. Sur ce une capitaine (Loiseau) nous fait ainsi que hier un cours d’artillerie. Le soir nous sommes de piquet.

 

Jeudi, le 22 octobre

Ce matin nous sortons et faisons beaucoup de cheval et surtout du galop. L’après-midi à 2 heures nous commençons à faire une tranchée. C’est assez dur au commencement. Le soir je vais au cinéma. On joue « Le téléphone qui accuse ». C’est pas mal.

 

Vendredi, le 23 octobre 1914

Le 6h1/2 à 11h nous travaillons à notre tranchée. L’après-midi nous finissons et mettons des mottes d’herbe sur le terrassement. Le soir nous sommes invités chez tante Jeanne. Auparavant nous allons chez le cordonnier chercher nos brodequins qui vont très bien.

 

Samedi, le 24 octobre 1914

Nous sommes de garde  au Pétrole. J’ai la garde de 15 à 17h, de 21 à 23h, de 3 à 5h. Il fait très froid. Je dors en tout 2 heures de minuit à 2h sur des dalles. Aussi dimanche je suis fatigué.

 

Dimanche, le 25 octobre 1914

Dîner chez tante Jeanne. Le soir cinéma (Guerre gréco-bulgare). Souper dans un petit restaurant.

 

Lundi, le 26 octobre 1914

Le matin manœuvre d’artillerie, étude du 95. L’après-dîner promenade à cheval. 10 élèves du 1er peloton passent brigadier. Promenade à cheval. (Lettre de Nini Walter).

 

Mardi, le 27 octobre 1914

De nouveau de garde au Pétrole, pluie !!!

 

Mercredi, le 28 octobre 1914

Bonnes nouvelles !!! Dans la région de Nancy les Allemands ont été rejetés au-delà de la frontière. Le soir nous allons souper chez tante Jeanne avec Paul Geiger. Le soir je prends les premières pilules antityphoïdes.

Jeudi, le 29 octobre 1914

L’effort allemand brisé ! Le matin cours du capitaine Loiseau. L’après-midi cheval. Le soir nous sommes invités au Tomassin. Délicieux !

 

Vendredi, le 30 octobre 1914

Beaux progrès dans le Nord ! 76000 Allemands tués en 8 jours ! Bataille de l’Yser !! Je suis de chambre aujourd’hui. Il a plu toute la nuit et il pleut encore.  Le soir festin dans la piaule.

 

Samedi, le 31 octobre 1914

Le soir nous passons chez tante Emma. Oncle Georges a reçu un billet de Maman. Un monsieur a pu passer le front en le cachant dans sa montre. Maman est inquiète.

 

 

0 commentaire à “Du 15 au 31 octobre 1914”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...