Lundi, le 17 juin 1918

JPObservateur

Jean-Paul en observation

7gr du 107 RAL

S.P. 79

La 20ème batterie du 107ème RAL est installée au bois de Courton (au sud de Ville-en-Tardenois et de Chaumuzy dans la Marne)*

Bien chère Tante,

Je trouve enfin un moment pour t’écrire un peu plus longuement. Mes nombreuses occupations, tels que les allers et venues de la position à l’observatoire, les longues heures d’attente en ce dernier endroit, le temps de faire de nombreux réglages, allongé par une mauvaise liaison avec la batterie la ligne téléphonique étant fréquemment coupée par le marmitage boche ; en outre d’innombrables préparations de tir, des instructions diverses pour l’exécution des tirs et des travaux d’abris, nécessitant une surveillance continue ; tout cela me fait un travail indescriptible, aussi je compte sur votre indulgence pour m’excuser de mon laconisme. Tout cela se tasse à la longue ! C’était inévitable pour mettre une nouvelle batterie en main ; nous nous attendions à une période de surmenage exagéré, mon Lieutenant et moi !!

A présent tout marche son petit train mais il serait faux de dire que nous sommes à même de nous reposer sur nos lauriers. Nous respirons plus librement, voilà tout ; nous pouvons employer quelques moments pour écrire et nous tenir au courant des évènements qui se déroulent ailleurs que dans notre secteur. Notre position actuelle est assez agréable. Nous sommes dans un bois, aussi on ne se dirait pas à la guerre, si les marmites boches et l’écho assourdissant de notre tir ne nous rappelait pas continuellement à la réalité. Ma batterie n’a heureusement pas encore à subir un marmitage d’obus toxiques ou vésicants ; mais mon observatoire a été servi copieusement cette nuit. Nous sommes d’ailleurs partiellement immunisés contre ce genre de tir étant donné notre accoutrement d’égoutiers : gants, manteau, bottes caoutchoutées. Au reste, le moral est excellent. Je crois avoir omis de t’accuser réception du dernier colis qui m’a fait bien plaisir. Merci de tout cœur pour le chocolat et le biscuit, que mes officiers ont fort appréciés !!!

Affectueux baisers à vous tous.

Votre dévoué neveu qui vous aime bien.

Jean-Paul

* Position ajoutée à la lettre car la censure militaire n’autorisait pas l’indication de ce renseignement dans le courrier en provenance du front.

0 commentaire à “Lundi, le 17 juin 1918”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916

JP_mars18a

Jean-Paul en permission Lyon décembre 1917

JPHsLt

Jean-Paul Sous-Lieutenant en juillet 1918


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...