Mardi, 30 juillet 1918

JPHsLtAux Armées*,

Bien chères Tantes,

Merci pour vos bonnes et longues nouvelles reçues à l’instant. Je vous remercie avant tout de tout cœur pour vos chaleureuses félicitations à l’occasion de l’obtention de cette nouvelle ficelle ! Je viens de « l’arroser » copieusement auprès de mon Commandant de batterie et de mon Commandant de groupe que j’avais invité à cette occasion. Jusqu’à présent nos nombreuses occupations en raison de l’avance nous absorbaient trop pour que nous puissions songer à cette petite fête. Nous voilà un peu retirés du front immédiat, pour nous reformer après les sérieuses pertes subies et aussi dès hier nous nous sommes ravitaillés en sorte qu’aujourd’hui j’ai pu offrir à ces Messieurs, le dîner dont voici le menu :

Hors d’œuvre : – Sardines
                     -        Saucisson
                    -        Beurre
Rognon au vin blanc et champignons
Filet de porc rôti
Pommes de terre frites
Dessert :      -     fromage
                   -        Tarte anglaise
                   -        Poires au sirop
Café, Liqueurs
Vins :     – St Estèphe
             -        Graves
Champagne Heidsick

 Inutile de vous dire qu’on a fait honneur à tous ces plats ainsi qu’aux vins. Le biscuit arrivé hier tombait d’ailleurs juste à point pour être servi avec le Champagne et n’a d’ailleurs mas manqué d’être apprécié à sa juste valeur. Merci encore pour ce paquet. Au reste rien de bien neuf. Mon Commandant de batterie, le Lt Denailly, part en perme demain, aussi avec ma nouvelle ficelle je vais en même temps assurer ses fonctions !

J’ai été heureux d’apprendre que Jean allait à Bleau d’ici quinze jour et que d’autre part Paul songeait à s’engager. J’espère que vous avez eu des nouvelles de Georges et qu’il ne va pas tarder à venir en perme !

Quant à l’échec d’Emma j’en ai été désolé et j’espère bien qu’elle ne se fait pas de mauvais sang pour cela ! Qu’elle se repose et une autre fois elle réussira c’est une question de chance !

Le repos qu’oncle Paul doit prendre à Chatel-Guyon ne peut lui faire que du bien après ces pénibles mois de labeur et de soucis !

Je termine, bien chères Tantes, en vous chargeant de gros baisers pour toute la famille, y compris oncle Bull ; votre tout dévoué neveu qui vous aime bien.

Jean-Paul

*Le groupe est au repos à Marizy-Saint-Mard (Montron) dans l’Aisne

0 commentaire à “Mardi, 30 juillet 1918”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916

JP_mars18a

Jean-Paul en permission Lyon décembre 1917

JPHsLt

Jean-Paul Sous-Lieutenant en juillet 1918


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...