• Accueil
  • > 5. Campagne des Dardanelles

Archives pour la catégorie 5. Campagne des Dardanelles



Vendredi 22 octobre 1915

Moudros4

Ravitaillement à Moudros

Réveil à 5h1/2. A 6h je pars avec 17 hommes à la corvée d’avoine à Moudros. Le vent est si glacial qu’on sent le froid à travers manteau, veste et chandail. Le nouveau cheval qu’on m’a affecté est très vif, c’est un joli petit cheval noir. A Moudros je fais des emplettes avant de toucher l’avoine. Nous rentrons pour la soupe, juste à temps pour n’être pas rincés car la pluie commence à tomber et tourne même en tempête. Nous passons l’après-midi dans le marabout, vrai temps d’automne. Ce n’est guère folichon. A midi nous recevons l’ordre de nous tenir prêts pour changer encore une fois notre camp d’emplacement. C’est à Varos près de Lichna qu’on doit déménager sans doute en raison des difficultés de ravitaillement vu le mauvais état des routes de Parthémontos.

Lettre à Emma Lutzius – Dimanche 17 octobre 1915

19151017 (1)« Parthémontos, le 17 octobre 1915

Ma bien chère Cousine,

Je te remercie de tout cœur pour ta gentille lettre du 23 septembre qui ne m’est parvenue qu’il y a quelques jours. Les lettres de France arrivent en général avec un retard sensible. J’attends avec impatience des nouvelles de Charles dont la dernière carte datait du 1er cr. Voilà une éternité que je ne lui a pas écrit de crainte que mes nouvelles ne lui parviennent pas car il peut quitter Toulon d’un jour à l’autre. Je suppose que vous lui donnez de mes nouvelles dans vos lettres. Ici rien de bien neuf sauf que nous nous attendons à partir d’un jour à l’autre, soit pour Salonique ou pour le cap Hellès. Il ne serait pas trop tôt. Je commence à languir dans cette sacrée île de Lemnos. La température a bien changé et le vent du Nord qui souffle presque continuellement est glacial. Dis à tante Jeanne de m’envoyer à l’occasion une ou deux paires de chaussettes. La nuit impossible de fermer l’œil tant on est démangés par les puces. Le jour c’est la chasse aux mouches. Je te charge ma chère Emma de bons baisers pour vous tous et soit toi même bien embrassé par ton cousin dévoué.

Jean-Paul »

Vendredi 8 octobre 1915

Ce soir le renfort tant attendu arrive. 5 poilus sont versés à ma pièce parmi lesquels 3 servants.

A 9h averse formidable !

Boulot avec Edouard. Menu : frites, haricots, perdrix, vin blanc.

Jeudi, le 7 octobre 1915

General_brulard

Général Brulard commandant de la 1re division du corps expéditionnaire des Dardanelles

L’échelon du 5ème d’artillerie embarque aujourd’hui pour Salonique (dit-on). Le général Bailloud exprime dans sa déclaration ses regrets de quitter ses troupes courageuses du CEO pour se diriger avec la 2ème division sur un autre théâtre d’opérations.

Nous autres qui faisons partie de la 1ère division sommes sous le commandement en chef provisoire du général Brulard. La chasse aux puces la nuit devient de plus en plus intense. Le jour, c’est les mouches qui sont insupportables. Les plats, la soupe sont pleins de mouches. Tout me dégoutte. J’ai la dysenterie et fais du sang. Je continuerai cependant à faire mon travail tant que je tiendrai debout…

Samedi, le 2 octobre 1915

Dirigeable

Dirigeable naval aux Dardanelles

Les échelons qui devaient partir n’ont toujours pas mis les voiles. Aujourd’hui grand mouvement en mer, le « Jeanne d’Arc », cuirassé à 6 cheminées, 2 grands croiseurs à 4 cheminées le Mauretania et beaucoup de transports défilent tour à tour… Un dirigeable français venant du Cap Helles… vient à Moudros. Temps très lourd.

Vendredi le 1er octobre 1915

Je prends le jour comme brigadier. Les corvées sont nombreuses : 8 hommes sont versés à d’autres régiments. 4 échelons sont tous prêts, harnachés pour partir… Nous autres sommes sur le qui-vive et nous nous tenons prêts. Les nouvelles du front français sont très bonnes. A minuit, explosion très forte du côté de la mer.

Jeudi, le 30 septembre 1915

Parmi les renforts se trouvent des anciens copains du 54ème tes que Cabus, le frère de Meillon et Martelet. A Moudros des quantités de troupes embarquent pour des destinations inconnues. Le 17ème régiment d’artillerie se prépare aussi à mettre les voiles.

Mercredi 29 septembre 1915

Arrivée d’un renfort pour compléter l’effectif de l’échelon. La nuit départ de plusieurs hommes.

 

Samedi 25 septembre 1915

EgliseMoudrosNouvelle sensationnelle, le tocsin sonne la mobilisation générale à Moudros. La Grèce aurait déclaré la guerre à la Turquie et parait-il à la Bulgarie qui aurait violé le territoire serbe… Faux bruits, ce n’est qu’une mobilisation partielle des forces des états balkaniques.

Vendredi le 24 septembre 1915

Revue du Général Devet, commandant l’artillerie du CEO.

123456...12

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...