• Accueil
  • > 9. Offensive de Champagne

Archives pour la catégorie 9. Offensive de Champagne



Samedi, le 5 mai 1917

FermeMoscouCes derniers jours le secteur a revêtu un acharnement terrible de l’artillerie boche sur nos positions. La veille nous avons eu l’ordre de nous porter sous peu sur la gauche en face du mont Cornillet. En vue de ce changement, je vais repérer le matin de bonheur, avec le lieutenant, la nouvelle position. Mon choix s’arrête sur le centre d’un bois qui se trouve au sud de la voie romaine exactement en face de la ferme de Moscou. Le défilement est bon quant aux abris ils sont à creuser du tout au tout. Il n’existe qu’un simple petit boyau que je fais aménager dans la soirée.

Mon ami Aimé Bouchiez est évacué à l’arrière pour se faire arranger les dents. Cette séparation inattendue me chagrine un peu car j’avais pris une réelle affection pour lui ! L’amitié est une douce chose dans les durs moments que nous traversons ! Le soir, le beau temps qui avait duré plus de quinze jours tourne en pluie ! Nous espérons que ce n’est qu’un simple orage car la chaleur fut accablante toute la journée.

Mardi, le 1er mai 1917

Mise en batterie1Dès le matin les artilleurs boches marquent une certaine effervescence sur notre batterie et sur le boyau dans lequel se trouve nos abris. Toute la journée ils exécutent un feu inopiné et de surprise à obus de 150 et nous procurent certaines émotions. Un obus tombe juste en face de notre sape. La poussière, la terre et la fumée entrent dans la cagna et nous aveuglent un certain moment. Nous en sommes quitte pour l’émotion. Le soir nous apprenons la triste nouvelle de la mort du trompette Ligeonnet qui avait été blessé quelques jours avant. Dans la nuit je reçois mon nouvel affût et mets ma pièce en batterie immédiatement.

Lundi, le 30 avril 1917

CarteMtCornilletVers 12h40 l’attaque se déclenche. Résultats : Nos fantassins enlèveront, du mont Cornillet au sud de Beine, plusieurs lignes fortifiées et progressent sur les pentes du mont Haut.

Dimanche, le 29 avril 1917

LitSuperposeLe bombardement de notre position par les Boches s’est encore poursuivi cette nuit et plus intensivement que jamais. Il n’y a heureusement que des dégâts matériels. Nous nous demandons pourquoi nous restons depuis une dizaine de jours sans tirer ou presque pas. Par ce procédé nous facilitons la défensive aux Boches qui profitent de bombarder nos lignes et nos batteries ?! C’est une énigme ! pourtant le temps se prêterait comme jamais à des attaques massives !?

Samedi, 28 avril 1917

Canon155c9A la pointe du jour, je vais me rendre compte des dégâts causés par le bombardement de cette nuit. Ma pièce a sérieusement écopé. Un obus tombé à 1 mètre devant la plateforme a démoli les manivelles de hausse, le support de niveau, la règle et les piquets de repérage et a déformé tout le devant de l’affût. Je suis contraint de retourner ma pièce à l’équipe de réparation.

1000ème jour de guerre !

Jeudi, 26 avril 1917.

ExplosionAu soir nous subissons un bombardement assez sérieux de 150. La nuit nous recevons des rafales d’obus et de gaz.

Lundi 23 et mardi 24 avril 1917

155c4Rien d’important à signaler. Temps superbe.

Dimanche, le 22 avril 1917

abriTrancheeNous aménageons notre abri aussi confortablement que possible. Voici sa disposition.

Samedi, le 21 avril 1917

Canon155c1Au soir nous mettons sur roues et allons prendre position à deux km en avant au pied d’une colline sur la crête de laquelle se trouve le bois Noir. Vers 10 h du soir nos pièces sont en batterie. Nos abris se trouvent à une cinquante de mètres de là dans une ancienne tranchée de deuxième ligne française. Nous trouvons un abri potable pour nous sous-off. qui a toutefois besoin d’être aménagé et nettoyé car les Russes qui devaient l’occuper auparavant, l’on laissé dans un état repoussant de saleté. Nous passons néanmoins une excellente nuit.

Vendredi, le 20 avril 1917

TirdebarrageFeux de barrage multipliés.

123456

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...