Page d'archive 3

Jeudi, 4 juillet 1918

SommeRouteAux Armées*

Ma chère Tante,

Nous avons encore une fois pliés bagage après le coup de main qui a bien réussi. Voilà 2 nuits que nous dormons à la belle étoile et avons une troisième nuit blanche en perspective. Mais le moral est excellent et c’est le principal. Nous déménageons si souvent qu’on ne se dirait plus dans l’A.L.** mais plutôt dans le 75 roulant ! Nous restons en batterie quelques heures, 48h au plus et allons mettre en position plus loin ! Voilà notre métier depuis un mois. Je commence à connaître la contrée. Affectueux baisers à vous tous.

Jean-Paul

Je viens de recevoir ton mot ainsi que le colis. Le biscuit fera très bien pour fêter l’indépendance des US. Merci de tout cœur.

*Etape de Crinel à Radémont

**Artillerie Lourde

Dimanche, le 30 juin 1918

Coupru7/107 S.P. 204  -  Aux Armées*

Bien chère Tante,

Voilà déjà quelques jours que j’ai reçu ta longue et gentille lettre du 20 cr. Mais malgré ma bonne volonté et mon désir de te répondre, j’en fus empêché par un nouveau déplacement. Nous voilà en position dans un nouveau secteur occupé entièrement par les Américains. Nous ne nous en trouvons pas plus mal pour cette raison. Nos nouveaux alliés quoique novices, se mettront, je crois, facilement à la tâche. Les Boches ne les laissent d’ailleurs pas chômés ; ils leurs en servent pour tous les goûts, asphyxiants, explosifs, lacrymogènes. A titre de représailles nous leurs montrons qu’il y a des artilleurs français en face d’eux aussi ils doivent avoir du fil à retordre. D’ailleurs ils vont s’en apercevoir demain. Voyez les communiqués. Je n’en dis pas plus long. Nous avons du travail en perspective pour demain. A l’heure où vous lirez ces lignes vous aurez eu les échos de cette opération qui sera heureux j’espère et couronnera les efforts franco-américains combinés.

J’ai été heureux d’apprendre que tu avais vu toutes ces dames à St Cyr et je te prie de me rappeler à leurs bons souvenirs. Je termine cette missive à la hâte en te chargeant de gros baisers pour toute la famille sans oublier tante Emma si elle est à Oullins et oncle Bull. Le bonjour à Mme Barth.  Votre dévoué neveu.

Jean-Paul

*La 20ème batterie est en position à Coupru en secteur américain près de Château-Thierry

Samedi soir, le 29 juin 1918

Canon155c8Aux Armées*

 Chère Tante,

Vite un petit mot pour vous dire que je suis toujours en excellente santé. Nous sommes en plein secteur américain et cela barde pas mal. Enfin le moral est excellent malgré le bombardement et les fatigues des derniers déplacements. Je me plais bien à ma nouvelle batterie. Voilà un mois que nous sommes au front et la batterie commence à être en mains. Je termine car les Boches viennent de nous expédier un 15 à côté de notre PC qui est en plein air. Affectueux baisers à vous tous. J’attends de vos nouvelles ! Votre dévoué neveu qui vous aime bien.

Jean-Paul

*Le 7ème groupe quitte Villemeneux le 26 juin et prend position à Coupru aux environs de Domptin avec pour mission la destruction des ouvrages ennemis en arrière de Vaux (d’après l’histoire du 107ème Régiment d’Artillerie Lourde).

Le 25 juin 1918

155c4Aux Armées*

Chère Tante,

Nous venons de terminer notre voyage à travers les départements de la Marne, de l’Aisne et de la Seine-et-Marne. Nous voilà cantonnés dans un petit pays* qui a été bien éprouvé lors de l’avance allemande et plus – c’est malheureux à dire – par le pillage des Français que par les projectiles boches. Nous comptons y rester encore quelques jours pour organiser ce nouveau secteur. J’espère d’ailleurs être rattaché définitivement à la division actuelle et garder le secteur postal N° 181. Je suis sans nouvelle de vous depuis le 11 cr ! Mais j’espère que vous êtes tous en excellente santé. J’attends avec impatience la lettre de Maman. Je vous serai obligé de m’expédier une carte de la région est de Lizy sur Ourcq.

Affectueux baisers à vous tous.

Jean-Paul

S.P. 181

*Le 7e groupe du 107e R.A.L a rejoint la 5e armée et pris position à Villemeneux (6 kilomètres sud-est de Lizy-sur-Ourcq). Affecté organiquement à la 104e D.I. le groupe est d’abord employé à l’organisation des positions de deuxième ligne, puis il est mis à la disposition de la 2e division du 38e C.A. U.S. pendant la durée des opérations sur le bois de la Roche et la cote 204.

Jeudi, le 20 juin 1918

JP_mai18 005Aux Armées*

Bien chère Tante,

A la hâte ces quelques lignes pour vous prévenir que nous partons cette nuit destination inconnue* ! Moral excellent. Tout va bien. Gros baisers à tous.

Jean-Paul

*Entre le 21 et le 25 juin la 20ème batterie est en déplacement par étapes le long de la Marne (Le Baizil, Artonges, Hondivilliers, Villemeneux)

Mercredi 19 juin 1918

Mai18aAux Armées *

Bien cher Oncle,

Je crois avoir omis de t’accuser réception du mandat de 50 frs, reçu avant-hier. Merci également pour le mot qui l’accompagnait. Ici rien de neuf. Après une longue période de sécheresse, nous avons un temps assez orageux. Nous n’avions d’ailleurs pas à nous plaindre de la chaleur étant en position dans un bois qui est bien frais le jour. La nuit par contre la température y est bien basse et je crains que se soit le motif de nombreuses évacuations qui eurent lieu ces derniers jours à la batterie. Enfin pour ma part je me porte merveilleusement bien et le moral est excellent.

Affectueux baisers. Gros baisers à toute la famille et bons souvenirs à Mme Barth.

Jean-Paul

*La 20ème batterie est en position au bois de Courton (au sud de Ville-en-Tardenois et de Chaumuzy dans la Marne).

Lundi, le 17 juin 1918

JPObservateur

Jean-Paul en observation

7gr du 107 RAL

S.P. 79

La 20ème batterie du 107ème RAL est installée au bois de Courton (au sud de Ville-en-Tardenois et de Chaumuzy dans la Marne)*

Bien chère Tante,

Je trouve enfin un moment pour t’écrire un peu plus longuement. Mes nombreuses occupations, tels que les allers et venues de la position à l’observatoire, les longues heures d’attente en ce dernier endroit, le temps de faire de nombreux réglages, allongé par une mauvaise liaison avec la batterie la ligne téléphonique étant fréquemment coupée par le marmitage boche ; en outre d’innombrables préparations de tir, des instructions diverses pour l’exécution des tirs et des travaux d’abris, nécessitant une surveillance continue ; tout cela me fait un travail indescriptible, aussi je compte sur votre indulgence pour m’excuser de mon laconisme. Tout cela se tasse à la longue ! C’était inévitable pour mettre une nouvelle batterie en main ; nous nous attendions à une période de surmenage exagéré, mon Lieutenant et moi !!

A présent tout marche son petit train mais il serait faux de dire que nous sommes à même de nous reposer sur nos lauriers. Nous respirons plus librement, voilà tout ; nous pouvons employer quelques moments pour écrire et nous tenir au courant des évènements qui se déroulent ailleurs que dans notre secteur. Notre position actuelle est assez agréable. Nous sommes dans un bois, aussi on ne se dirait pas à la guerre, si les marmites boches et l’écho assourdissant de notre tir ne nous rappelait pas continuellement à la réalité. Ma batterie n’a heureusement pas encore à subir un marmitage d’obus toxiques ou vésicants ; mais mon observatoire a été servi copieusement cette nuit. Nous sommes d’ailleurs partiellement immunisés contre ce genre de tir étant donné notre accoutrement d’égoutiers : gants, manteau, bottes caoutchoutées. Au reste, le moral est excellent. Je crois avoir omis de t’accuser réception du dernier colis qui m’a fait bien plaisir. Merci de tout cœur pour le chocolat et le biscuit, que mes officiers ont fort appréciés !!!

Affectueux baisers à vous tous.

Votre dévoué neveu qui vous aime bien.

Jean-Paul

* Position ajoutée à la lettre car la censure militaire n’autorisait pas l’indication de ce renseignement dans le courrier en provenance du front.

Jeudi, 13 juin 1918

Bois_de_CourtonJeudi, le 13 juin 1918

S.P. 79

A cette date  la 20ème batterie du 107ème RAL  est située au bois de Courton (au sud de Ville-en-Tardenois et de Chaumuzy dans la Marne)*

Bien chère Tante,

Encore aujourd’hui il ne m’est pas possible de t’écrire plus longuement. J’ai du travail par-dessus la tête. Nous avons encore changé de position aussi nous avons une quantité de réglages à effectuer et à entreprendre des travaux de défense. Si jamais les Boches tentaient d’avancer, ils tomberaient sur un fameux bec. Mitrailleuses et grenades sont prêtes. Mes pièces ne tomberont pas intactes entre leurs mains. Je tirerai jusqu’au dernier obus et si nous ne pouvons pas les emmener on les fera sauter !

Au reste excellent moral.

Jean-Paul

* Position ajoutée à la lettre car la censure militaire n’autorisait pas d’indiquer ces renseignements sur le courrier en provenance du front.

8 juin 1918 – Anniversaire -

19ansJ’ai 21 ans aujourd’hui !

7 juin 1918

Juin18aTout va bien changeons de position ce soir. Gros baisers.

Jean-Paul

* La 20ème batterie va rejoindre la position de Germigny

 

12345...53

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916

JP_mars18a

Jean-Paul en permission Lyon décembre 1917

JPHsLt

Jean-Paul Sous-Lieutenant en juillet 1918


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...