Page d'archive 34

Vendredi, 21 mai 1915

Cabine_dumbea

Cabine de 3ème classe du Dumbea

La nuit se passe très bien. Edouard a eu un peu le mal de mer. A 3h1/4 nous passons en vue de la Sardaigne. La nourriture à bord n’est pas trop mauvaise. La mer est très calme. Dans la soirée nous passons en vue du cap Bon. Nous longeons la côte tunisienne pendant plusieurs heures. Pendant la journée plusieurs paquebots passent au large. Notre bateau a deux cheminées et marche à 13 nœuds à l’heure (le nœud équivaut à 1850 m). Cela fait donc environ 24 km à l’heure. A 7 h1/2 nous voyons un phare sur la côte africaine. A 8 h je vais me coucher. Nous sommes dans une cabine de 3ème classe pour 9 poilus. C’est guère confortable.

Jeudi 20 mai 1915 – L’appareillage

Dumbea2

Le Dumbea

Nous levons l’ancre à 2 h du matin dans la nuit noire. Comme garde d’écurie, je m’étais endormi et me réveille qu’à 3 h. Je monte sur le pont et la mer qui nous entoure me fait une profonde impression. A l’horizon, derrière nous, on voit encore vaguement la côte dans la brume matinale. C’est à ce moment que je me dis ma nouvelle patrie pour ne peut-être ne plus jamais la revoir. Quoique je sois heureux au possible d’aller vers la gloire et de me donner tout entier à la France. Une ombre se fait dans mon bonheur indescriptible. Oui en quittant la Patrie je quitte en même temps mes bien chers parents pour une destination encore inconnue. Mais certainement pour faire un voyage qui sera long et dont nous ne reviendrons pas de sitôt ou peut-être jamais ! Ces chers parents que nous avons quittés il y a bientôt neuf mois en pensant les revoir quelques jours après. Si nous avions pu savoir à notre départ précipité de la maison que la séparation durerait des mois et des mois et qu’elle serait encore plus longue par cette campagne en pays étranger, oui si nous avions pu prévoir nous aurions certainement quitté nos parents et notre sœur dans une longue étreinte qui aurait plus dit que beaucoup de paroles et de larmes. Lorsqu’ils apprendront que nous sommes allés combattre les alliés de ces traitres de boches qui les ont fait souffrir depuis le 25 août 1914. Oui en apprenant notre départ pour les Dardanelles ils seront fiers de leurs fils et mettront le devoir de la Patrie au-dessus de l’amour filiale. La nuit se passe très bien. Au réveil nous sommes déjà en haute mer. Nous avons un temps superbe. A 8 h nous faisons l’abreuvoir. Nous passons le reste de la journée sur le pont en plein air.

Mercredi, le 19 mai 1915 – L’embarquement

DumbeaRéveil à 3 h1/2 ; On harnache nos chevaux en vitesse. Et on va à la guerre. L’embarquement à bord du « Dumbea » dure toute la journée. Tout s’effectue au moyen de grandes grues. Les chevaux sont embarqués un par un avec de grandes ceintures qu’on leur passe sous le vente. Les canons sont à fond de cale, tandis que les voitures à munition sont sur le pont. Pour le premier soir nous sommes de garde d‘écurie  à bord.

Embarquement_chevaux

Du 17 au 18 mai 1915

Lundi, le 17 mai 1915

Nous faisons de la batterie attelée. Nos chevaux marchent très bien.

 

Mardi, le 18 mai 1915

Préparatifs de départ pour le lendemain. Le soir nous faisons notre correspondance.

Dimanche, le 16 mai 1915

Notre_dameNous allons à Notre Dame de la Garde à cheval. Le soir nous allons voir le port de la Joliette et ensuite nous allons prendre un bon bain de mer. Après l’abreuvoir nous allons souper et passer une agréable soirée en ville. Comme par hasard nous rencontrons Mme Kraft de la Saulx qui est à Marseille avec sa famille depuis le début de la guerre. Elle nous invite à souper le lendemain.

Vendredi 14 et samedi 15 mai 1915

PteRouge

Pointe Rouge

Nous faisons une belle promenade à cheval à la Pointe Rouge et voyons bien pour la première fois la mer qui est d’un bleu foncé.

 

Samedi, le 15 mai 1915

Rien de spécial

Jeudi, le 13 mai 1915 – à Marseille

Vieuxport

Le vieux Port en 1915

Abreuvoir à 6 h1/2, soupe à 7 h1/4. A midi nous allons harnacher nos chevaux. Nous sommes tous, heureux au possible. Le temps est radieux, nous fleurissons nos chevaux et leur mettons des drapeaux. Nous partons à 2 h1/2 et allons à l’arsenal pour atteler et amener les pièces à la gare. Charles, Faure et moi sommes passés à la 7ème pièce ayant un charriot de ravitaillement. L’embarquement se passe très bien. Nous partons enfin à 6h1/2 en direction de Marseille pour aller ensuite aux Dardanelles. Nous voyageons en 2ème et sommes très bien. A notre départ tout le monde nous acclame et il me semble que les gens qui nous voient partir sont plus inquiets que nous. Je trouve qu’il est tout naturel que nous partions ! C’est dommage que nous fassions le voyage de nuit. Nous dormons fort peu et passons par Valence, Montélimar, Avignon et Arles. Nous arrivons à Marseille à 8 h. Nous débarquons et nous menons nos pièces à l’emplacement de l’ancienne exposition de mars 1911 où nous formons le parc car il parait que nous restons à Marseille quelques jours avant d’embarquer. Le soir nous allons en ville. Nous allons voir le vieux Port et la Cannebière. La ville nous plait beaucoup et est très animée. La nuit nous couchons sous la tente.

Mercredi, le 12 mai 1915

Revue par le colonel de toute la batterie avec le matériel en tenue de campagne.

Mardi 11 mai 1915 (Lette à Jean Lutzus)

Lettre19150512« Mardi soir,

Mon cher Jean,

Merci pour ta gentille lettre que j’ai reçu hier soir. Notre départ est enfin fixé pour jeudi prochain. Il y a deux trains pour la batterie complète dont l’un partira à 3h et l’autre à 6h du soir. Je suppose que les servants partiront les premiers avec le matériel et que nous mettrons les voiles à 6h. Quant à la destination, elle est inconnue. Le bruit courait qu’on serait dirigé sur Marseille mais j’en doute fort. Si nous devions arrêter un peu à Lyon on vous préviendrait de sorte que vous pourriez nous voir !

Charles se joint à moi pour bien vous embrasser vous tous. Bonnes salutations de Faure. Ton cousin dévoué.

Jean-Paul »

Vendredi le 7 mai 1915 (Lettre à Georges Lutzius – fils)

19150508 (1)« Vendredi soir,

Mon cher cousin,

Nous avons bien reçu ta carte et t’en remercions bien. Notre départ se confirme de plus en plus. Il est à peu près certain que nous partirons au courant de la semaine prochaine. Plutôt vers la fin. Il n’est pas trop tôt ! On parlait en premier lieu d’aller à Reims puis dans la Somme. Mais tout cela ne sont que des bruits de couloir. En fait de linge nous avons ce qu’il nous faut, dis-le à tante Jeanne. Ici il fait une chaleur étouffante depuis quelques jours ! Nous espérons de tout cœur qu’oncle Bull va mieux et le faisons bien embrasser ainsi que vous tous. Reçois mon vieux une bonne poignée de main de tous les deux.

Jean-Paul »

1...3233343536...44

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...