Page d'archive 36

Jeudi, le 8 avril 1915

Bricole

Bricole de harnais

Matin, matriculage des bricoles*. Le soir ajustage et promenade à cheval. Mon sous-verge fait des sauts de mouton abracadabrant. Il n’a évidemment jamais été bricolé mais je me fais un devoir de le dresser. J’ai de bonne nouvelles de la maison. Ils vont tous bien. Je reçois également des lettres de Pierre F. et de Georges qui désire s’engager.

*Partie du harnais du cheval de trait contre laquelle s’appuie son poitrail lorsqu’il avance.

Mercredi, le 7 avril 1915

Ma toux n’allant toujours pas mieux, je me fais porter malade. A 8h je vais à la visite. Mr le major m’exempte de service pendant 2 jours de sorte que je puisse guérir mon rhume. A 10h nous recevons un paquet de friandises de Nini. C’est gentil d’avoir des cousines qui nous gâtent ainsi. Le soir j’écris des lettres aux Lutzius et à Nini.

Mardi, le 6 avril 1915

ChambreCommerceGrenoble

Chambre de commerce de Grenoble (1914)

Je passe plutôt une mauvaise nuit étant fortement grippé. Le matin après l’abreuvoir nous faisons notre paquetage et plions nos couvertures en vue du déménagement à la chambre de commerce près de la gare à 1 km du quartier. Nous y allons après la soupe. Là-bas nous sommes très confortablement logés au premier sur l’une des galeries de la salle centrale. Nous manquons malheureusement un peu de paille ! Le soir l’éclairage électrique produit un effet tel qu’on se dirait dans une salle des fêtes. Le soir je vais faire une promenade avec Pralloux et Maillon à l’île Verte où il y a de superbes jardins.

Lundi, le 5 avril 1915

MtRachais

Mont Rachais et Fort Rabot (Grenoble)

Après l’abreuvoir, Charles et moi faisons une petite excursion de 3h à 7h. Nous sortons par un temps merveilleux au mont Rachais au-dessus du fort Rabot. Après 2h1/4 de montée nous arrivons près du sommet d’où nous avons une vue superbe sur la chaîne des Alpes et sur Grenoble et ses environs. Nous descendons à la tombée de la nuit par le fort Rabot. A sept heures nous arrivons en ville et je vais souper au restaurant Central. Je passe le reste de la soirée avec Fourrex.

 

Dimanche, le 4 avril 1915 Pâques !

A midi nous sortons boire le café. On rigole jusqu’à 2h, sur ce : abreuvoir. Je passe la soirée en ville et soupe à la « Boulangère ».

Samedi, le 3 avril 1915

La nuit s’est bien passée. Le matin, revue par le capitaine. Le soir, revue de chevaux.

 

Vendredi, le 2 avril 1915

Matin, balade des chevaux à 3 km de la ville. Nous montons à « poils », mon porteur craint l’éperon. En général mes deux chevaux sont très vifs. Le soir je suis de garde écurie.

Jeudi, le 1er avril 1915

Attelage75

Attelage d’artillerie

Le matin on nous désigne nos chevaux : Charles, Edouard et moi sommes à la même voiture. Charles comme conducteur de devant, Edouard du milieu et moi derrière. Nous avons les trois plus beaux chevaux. A 10h j’écris une lettre à Ginette. L’après-midi abreuvoir. J’ai deux chevaux étrangers : mon porteur « Pacha » est un canadien tandis que notre sous-verge est argentin. Je l’appelle « Sultan ». Notre batterie, la 66ème , s’organise petit à petit. Nous faisons définitivement partie du 2ème . Outre les cinquante à soixante conducteurs du 54ème il y en a encore une cinquantaine du 32ème de Valence. Nos servants sont du 11ème de Briançon. Le soir j’écris des lettres à Lyon. Notre capitaine est arrivé aujourd’hui. Il est d’Epinal du 8ème de forteresse, il est très gentil.

* L’attelage pour le canon de 75 est constitué de 6 chevaux disposés sur 2 files. Les chevaux de la file de gauche sont désignés sous le terme de porteurs et sont montés chacun par un cavalier. Les chevaux de la file de droite  sont désignés sous le terme de sous-verge. Le rôle du cavalier sur porteur de devant est principalement d’assurer la direction général de l’ensemble mais également de participer à l’effort de traction avec sa monture et son sous-verge de devant. Le rôle du cavalier sur porteur de derrière est principalement d’assurer le contrôle de la traction et la régulation de la vitesse avec sa monture et son sous-verge de derrière (NDLR).

Mercredi, le 31 mars 1915

Chevaux_2_artillerie

Grenoble – 2ème d’artillerie

La nuit nos tentes individuelles nous rendent de grands services comme sacs de couchage. Nous dormons très bien.  A l’appel du matin à 6h, notre aspirant nous organise par pièce de 12 conducteurs. Nous sommes ensemble à la 4ème .

Matin : abreuvoir.

Soir : idem.

A 6h je vais prendre un bain ensuite je vais souper avec Pialloux et Besson à la « Boulangère ». Après avoir bien brichtonnés nous rentrons lentement au quartier.

Mardi, le 30 mars 1915

AbreuvoirLe matin nous épluchons des pommes de terre. Après la soupe nous allons faire l’abreuvoir des chevaux qui nous serons affectés sous peu. Le soir nous allons rigoler en ville.

1...3435363738...44

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...