Page d'archive 5

Le 6 janvier 1918

Fontainbleau2

Carte postale de Jean-Paul

Dimanche soir, le 6 janvier 1918

Chère Oncle et Tante,

Quoique consignés nous avons beaucoup de travail c’est assez pénible par ce froid de loup (-20°). Je n’ai pas encore pu expédier le paquet. Affectueusement, baisers à vous tous. Vous écrirai plus longuement un de ces jours.

Jean-Paul

Mercredi, le 2 janvier 1918 – Lettre

Carte_Bonne_année_1918Fontainebleau, le 2 janvier 1918

Cher Oncle et Tante.

Depuis mon arrivée ici, je n’ai pas encore pu vous écrire longuement. Je profite aujourd’hui de ce que nous soyons consignés pour un cas de scarlatine qui s’est déclaré dans notre chambre. Je profite, disais-je, du repos qui résulte de cette consigne pour vous donner des détails. Quoiqu’en six jours, il ne soit guère facile de vous donner mon opinion sur l’école ; il ressort des constatations que j’ai faites que tout ira pour le mieux. Mon séjour ici sera évidemment très dur en raison de la température. (Nous ne touchons en tout et pour tout que 10 malheureux morceaux de bois pour la journée). En sus de cela nous avons beaucoup de cours au dehors pendant lesquels il faut rester immobile ! Enfin il n’y en a que pour trois mois. J’espère supporter ce stage facilement ! On en a vu bien d’autres ! Au point de vue de la nourriture cela laisse à désirer !

 En ce qui concerne les cours j’espère bien réussir. Nous passons un premier examen d’ici huit jours !

Lundi Charles a déjeuné avec moi et le soir nous faisions le réveillon à Paris (j’avais pu obtenir une perme). Hier, mardi, nous passions la journée avec Georges qui avait l’intention de rejoindre son escadrille aujourd’hui. Dans l’après-midi nous rendions visite à M. et Mme Jung. Charles et moi, sommes enchantés d’avoir fait leur connaissance.

Je t’adresse, ma chère tante, par le même courrier mes affaires de toilettes ainsi qu’un chandail noir. Tu pourras expédier le paquet que je t’adresse, à Charles qui est d’accord avec moi. Je te remercie encore chère tante pour la trousse qui m’a fait bien plaisir. Joins s.t.p. au paquet que tu m’enverras mon savon à barbe que j’ai oublié.

Je termine chers Oncle et Tante en vous souhaitant une bonne et heureuse année qui espérons nous donnera la Victoire.

Affectueux baisers

Jean-Paul

Le 12 décembre 1917 – Fin des carnets

CarnetPour ma part, je suis convoqué à Fontainebleau le 27 courant et vais faire mes adieux au groupe le 12 devant aller en permission auparavant.

Ainsi s’achève le dernier carnet de Jean-Paul Hédrich (Malherbe) en notre possession.

Jean-Paul va intégrer l’école d’officier d’artillerie de Fontainebleau à la fin du mois et va continuer à écrire à sa famille de Lyon. Grâce à ces lettres nous allons pouvoir continuer à suivre les faits et gestes de Jean-Paul jusqu’à la fin de la guerre.

Le 10 décembre 1917

Carte_AisneNous nous dirigeons vers le Nord-Est. Nous traversons la Marne à Port-à-Binson et allons cantonnés à Villers-sous-Châtillon à 15 km d’Epernay. Nous devons rester quelques jours ici. Nous sommes en réserve de la 5ème armée pour parer à une attaque éventuelle boche sur Reims.

Le 6 décembre 1917

SommeRouteNous regagnons Orbay.

Le 10 novembre 1917 – Au repos

VillevenardNous arrivons à Villevenard, patelin qui se trouve à proximité des marais de St Gond, réputés par les combats de 1914. J’ai trouvé une chambre avec plusieurs camarades. Nous sommes très bien. Nous restons au repos ici 26 jours.

Le 9 novembre 1917

Carte_Aisne2Le 9 au soir nous couchons à Orbay*

*Il s’agit d’Orbais-l’Abbaye

Le 8 novembre 1917

Carte_Aisne1Nous ne restons toutefois que 4 jours à Marigny. Le 8 nous repartons vers le sud et cantonnons à Romeny.

Le dimanche, 4 novembre 1917

MarignyDès 6 heures du matin nous nous mettons en route, reprenons la route de Villers, descendons ensuite vers le sud et gagnons ainsi la Ferté-Milon. Mais notre point de destination se trouve à 18 km au sud. C’est à 3 heures de l’après-midi que nous arrivons à Marigny-en-Orxois. Nous comptons y rester quelques temps au repos d’autant plus que les hommes et les chevaux sont bien logés. Pour ma part, j’ai trouvé une chambre.

Samedi, 3 novembre 1917

CoyolesNous faisons une étape d’une quinzaine de kilomètres. Nous traversons pendant plus de cinq kilomètres la forêt de Retz. Malgré le temps maussade cette superbe forêt nous présente des tableaux merveilleux avec les différentes teintes des feuilles prêtes à tomber. Nous traversons Villers-Cotterets et allons cantonner à Coyolles, un petit village peu intéressant. Tout le groupe est cantonné dans la même ferme aussi la saleté qui y règne nous contraint de coucher dans une écurie, endroit que nous jugeons le plus propice pour nous reposer un peu.

1...34567...51

CARNETS DE GUERRE

Carnet

Jean-Paul HEDRICH, né en Alsace allemande à l'époque, s'est engagé à 17 ans dans l'Armée française. Il a alors pris le pseudonyme de MALHERBE. Tout au long de la guerre de 14-18 il tient son journal dans de petits carnets. 100 ans après ses carnets et ses lettres sont retranscris au jour le jour sur ce blog.

Mois après mois

PAGE FACEBOOK

ARCHIVES EUROPEENNES

Europeana

Page consacrée à Jean-Paul Hédrich sur le site européen des archives de la guerre de 14-18
http://europeana1914-1918.eu/fr/contributions/14458

JPHM200814

Jean-Paul à Mulhouse en août 14

JPHsept14

Jean-Paul à Lyon en septembre 1914

JPH_Grenoble

Jean-Paul à Grenoble mars 1915

JPH118

Jean-Paul à la Rochelle février 1916

JP_mars18a

Jean-Paul en permission Lyon décembre 1917


Tradern mum |
Quideroulelefil |
Geneamoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Happylife59
| Comparatif orthodontistes à...
| Tribulationsdunemamanquidec...